Connect with us

Grands Titres

Les «fake news» ont-elles tué le poisson d’avril?

Editor

Published

on

Ne craignez pas de vous faire attraper : il n’y a pas d’hameçon caché dans votre Devoir du premier avril. Après des années à dissimuler un poisson d’avril au sein de sa couverture habituelle — l’horoscope de Marie S. Turgeon en 2015 ; l’annonce de toutes nouvelles éoliennes souterraines aux turbines enterrées, entre autres facéties… —, votre quotidien remise cette année la tradition. D’autres médias ont pris la même décision. Microsoft a envoyé cette année une note interne à ses employés, relayée par NiemanLab, leur demandant de ne pas céder au jeu, car les « données indiquent que ces leurres ont un effet positif limité, et peuvent entraîner un cycle néfaste de nouvelles ». L’an dernier, plusieurs médias scandinaves ont décidé, en amont du jour poissonnier, de se retirer de la farce, estimant que la facilité avec laquelle les « fausses nouvelles » se répandent et deviennent virales aujourd’hui réclame une contrepartie de sérieux et de retenue. Les fake news ont-elles tué le poisson ?

« On a tellement parlé du rôle des médias, du bris de confiance de la population envers les médias, du brouillage des pistes par tous ces sites qui font de la chasse aux clics avec tout et n’importe quoi, rappelle le président d’Infopresse Communications, Arnaud Granata. Il y a une responsabilité qui me semble prise par les médias qui refusent de participer au premier avril. Ça ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas faire preuve d’humour, mais il y a des sections pour ça — la publicité, la promotion. Les médias doivent être une référence de crédibilité. »

Comme les « fausses nouvelles », les émissions et sites d’actualité humoristiques ou satiriques se sont multipliés ces dernières années. La pêche est miraculeuse : sans même chercher, entre « Le sac de chips » du Journal de Montréal, Le Gorafi, Le Navet, The Onion et consorts, le lecteur peut se prendre les pieds dans le filet. Le Revoir, qui détourne titres, articles et slogan du Devoir, est de ceux qui font désormais de chaque jour un poisson d’avril.

À croire que crédibilité et humour ne peuvent pas aller de pair ? « C’est qu’on ne peut faire abstraction du contexte politique, Donald Trump en tête de tous ces politiques du monde qui diabolisent les médias et qui misent sur la fausse nouvelle, poursuit M. Granata. Dans le contexte, faire attention et mettre de côté cette tradition semble plus cohérent. Les médias ont tellement mis en place ces dernières années des détecteurs de désinformation que c’est de leur part envoyer un drôle de message que d’en produire eux-mêmes le premier avril. »

De l’humour non objectif

L’humoriste Louis T. va même un cran plus loin. Pour lui, l’humour ne peut être objectif. Il recèle et révèle toujours un biais, une opinion, un éditorial, peu compatible avec le travail de journaliste. C’était d’ailleurs le sujet d’Objectivement parlant, premier spectacle de celui qu’on décrivait alors comme se situant « à mi-chemin entre un journaliste et un humoriste ».

« Je crois que le jeu n’en vaut pas la chandelle pour un média, indique-t-il en entrevue. Dans une ère où on trouve que l’opinion prend déjà trop de place, est-ce que ça vaut la peine d’en rajouter, même une fois par année ? Je comprends qu’auparavant, il pouvait y avoir une forme d’autocritique de la part du média dans l’exercice du « coup » du premier avril ; ça me semblait plus intéressant que maintenant, où il y a tant de nouvelles satiriques déjà qui circulent sur Internet. » Celui qui utilise l’actualité pour arriver à faire rire poursuit : « Dans l’humour, en plus de la prise de position, il y a souvent une petite forme de méchanceté, une pique qui laisse la place à une réaction épidermique chez la personne qui la lit ou la reçoit. Comme média, avec un article du premier avril, est-ce que je fais preuve d’autodérision ou est-ce que je veux démontrer la naïveté de mes lecteurs ? Et est-ce que comme média, j’ai intérêt vraiment à connaître le degré de naïveté de mes lecteurs ? » illustre-t-il.

Mandat de médias

« Je trouve que ce n’est pas la job des médias de faire ça, mais bon, j’ai toujours trouvé ça nono, les blagues de poisson d’avril, même quand j’étais à la petite école ! » confie Fred Savard, attrapé tout juste après l’enregistrement du cinquième épisode de son balado éponyme. « Je suis en réflexion, poursuit l’humoriste de l’actualité. Je pense que la répartie et le trait humoristique restent d’intéressantes portes d’entrée pour un sujet, mais à un moment donné, il faut aller dans le sérieux… Il commence à y en avoir trop, de l’humour, ça devient lourd », estime l’ex de la radio-canadienne La soirée est (encore) jeune.

C’est qu’on ne peut faire abstraction du contexte politique, [avec] Donald Trump en tête de tous ces politiques du monde qui diabolisent les médias et qui misent sur la fausse nouvelle

Ève Beaudin, journaliste à l’agence Science-Presse, responsable de la rubrique « Détecteur de rumeurs », est plus modérée. « Nous, on aime se servir du premier avril pour faire passer un test à nos lecteurs. On va le faire pour la troisième année de suite, mais c’est évident qu’on est dans le domaine du jeu. On ne veut absolument pas participer à la création de fausses nouvelles. » Car les articles du premier avril utilisent les mêmes ressorts, les mêmes techniques linguistiques que les fake news, annonçaient il y a quelques jours les chercheurs Edward Dearden et Alistair Baron, de l’université Lancaster. Leur étude, Fool’s Errand : Looking at April Fools Hoaxes as Disinformation Through the Lens of Deception and Humour, qui sera dévoilée dans son entièreté en avril, révèle, après l’analyse de 500 articles du premier avril sur 14 ans, que dans ces cas comme dans celui des fake news, les textes utilisent une langue moins complexe, des phrases moins longues, et sont plus faciles à lire que les articles d’actualité en bonne et due forme. Des détails précis, tels les noms, les dates et les lieux, s’y trouvent moins, et les noms propres y sont plus fréquents.

« L’exercice du premier avril nous permet de répondre au mandat d’éducation aux médias et à l’information scientifique que le « Détecteur de rumeurs » s’est donné », poursuit Mme Beaudin. « Le lendemain, on donne les résultats. » Bref, le choix est de faire un poisson d’avril détectable, un « coup » qu’on voit venir d’avance ? « Oui. On sait qu’aujourd’hui, même de grosses blagues sont prises pour être vraies, et on ne veut pas participer à la désinformation, même en faisant une farce. »

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Grands Titres

Nos 13 films les plus attendus du festival de Toronto 2019

Editor

Published

on

By

Le festival de Toronto propose une nouvelle fois une sélection riche et variée. Retour sur nos plus grosses attentes.

Comme tous les ans, le Festival International du Film de Toronto (ou TIFF) devrait permettre la révélation de nombreux films – en grande partie américains – au point de possiblement les lancer dans la course aux Oscars. Beaucoup d’auteurs prestigieux et de propositions fascinantes ont retenu notre attention, en plus de révéler une concordance des médias qui floute de plus en plus les frontières d’une industrie sclérosée.

Du super-vilain, du whodunit, du drame chilien ou encore des œuvres distribuées par Netflix, une certaine variété se dégage de cette sélection, qui sera révélée au monde 5 au 15 septembre. En ayant pris soin de ne pas compter les œuvres déjà vues dans d’autres festivals (à commencer par Cannes), voici les 13 films que l’on a hâte de découvrir.

Uncut Gems, de Benny et Joshua Safdie

Après l’époustouflant Good Time, les frères Safdie s’offrent les services d’Adam Sandler pour un thriller criminel. L’acteur y incarne Howard Ratner, un joaillier et revendeur new-yorkais qui doit réagir lorsque sa marchandise est volée. Le duo de réalisateurs prodiges semble ainsi proposer une œuvre nerveuse dans la continuité de leur précédent film, ce qu’a d’ailleurs confirmé Cameron Bailey, le directeur artistique du Festival de Toronto, au micro d’IndieWire : « C’est le film le plus Safdie que vous pourrez voir. Ça fonce à 100 à l’heure. C’est épuisant à voir, et Adam Sandler y livre sa meilleure performance depuis Punch-Drunk Love ».

A noter que le film a été tourné en 35mm, et a pour directeur de la photographie le brillant Darius Khondji. Dommage que la France se contente de voir le long métrage à domicile, puisque Netflix a récupéré les droits à l’international.

The Laundromat, de Steven Soderbergh

Après les Pentagon Papers, Meryl Streep fait un bon dans le temps et se retrouve en 2016, en plein scandale des Panama Papers, ces documents ayant révélé l’existence de plus de 200 000 sociétés offshore, ainsi que leurs actionnaires. Ce qui nous intéresse ici, c’est que Steven Soderbegh se tient derrière la caméra, et on aime lorsque le réalisateur s’attaque à des croisades incroyables et des quêtes de vérité salvatrices. Tiendrait-on là un héritier d’Erin Brockovich ?

A couteaux tirés, de Rian Johnson

Après la réception mitigée de Star Wars : Les Derniers Jedi, Rian Johnson revient à ses premiers amours, à savoir des films-puzzles dont la précision n’a d’égale que la jouissance. Doté d’un casting impressionnant (Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis et bien d’autres), A couteaux tirés promet de renouer avec le whodunit à l’ancienne, dans une ambiance et une mécanique d’écriture inspirées par Agatha Christie. Au vu de la minutie dont est capable le cinéaste, notamment dans la peinture de non-dits qui empoisonnent des vies, on demande à voir.

Marriage Story, de Noah Baumbach

Netflix avait déjà distribué The Meyerowitz Stories, et la plateforme de streaming se chargera à nouveau du dernier film de Noah Baumbach, qui fera d’abord un passage à Toronto. Porté par Scarlett Johansson et Adam Driver, Marriage Story devrait disséquer la fin de vie d’un couple, sur le point de divorcer. Outre le choix de casting alléchant (le duo de comédiens sera d’ailleurs accompagné par Laura Dern et Ray Liotta), le long métrage pourrait être une nouvelle analyse soignée des rapports humains, point fort d’un cinéaste trop souvent réduit à un néo-Woody Allen.

Radioactive, de Marjane Satrapi

Cinq ans après The Voices, la réalisatrice et auteure de BD Marjane Satrapi revient avec un nouveau film, qui clôturera le festival de Toronto. Il s’agit d’un biopic autour de Marie Curie, projet ambitieux qui s’attardera sur une véritable icône de l’histoire française, ainsi que sur les conséquences de son travail sur le monde de la science. Et en plus, c’est Rosamund Pike qui tiendra le rôle principal. En bref, ça fait très envie.

Joker, de Todd Phillips

Alors que Toronto met plutôt en avant un cinéma américain indépendant, on peut s’étonner de voir dans sa sélection une adaptation de comic-books. Cependant, le Joker de Todd Phillips est un projet très différent du tout-venant super-héroïque, en partie à cause de son budget assez modeste, qui le privera donc de grandes scènes d’action grandiloquentes.

En réalité, le film cherche plutôt à puiser du côté de Taxi Driver, en dépeignant la folie naissante de l’une des icônes de l’univers DC, incarnée ici par le flamboyant Joaquin Phoenix. Par ailleurs, son réalisateur a affirmé inventer une histoire totalement originale, qui ne tiendra pas compte des bandes dessinées. De quoi engendrer une œuvre clivante à l’heure où le canon des comics semble aussi formaté qu’intouchable. En attendant de savoir ce que vaut le film, la prise de risque est à saluer.

Ema, de Pablo Larraín

De retour avec un film chilien, Pablo Larraín va proposer de traiter avec Ema d’un sujet qui a une place toute particulière dans les sociétés d’Amérique du Sud : l’adoption. Il y décrira un couple dont le foyer va s’effondrer, alors que leur demande d’adoption n’aboutit pas. Le personnage principal sera un chorégraphe, ce qui devrait apporter dans le long métrage un travail soigné sur la danse et le mouvement des corps.

Motherless Brooklyn, d’Edward Norton

Pour sa deuxième réalisation, Edward Norton s’entoure de Bruce Willis et Willem Dafoe pour un drame policier dans les années 50. Le cinéaste devrait puiser dans l’héritage du film Noir tout en le pervertissant, ne serait-ce qu’au travers de son héros, détective atteint du syndrome Gilles de la Tourette. En enquêtant sur le meurtre de son mentor, l’homme va plonger dans les méandres de New-York, jusqu’à faire face à de terribles révélations.

Le Mans 66, de James Mangold

James Mangold a aussi su passer intelligemment par la case super-héroïque (Logan) après une carrière riche, révélant un auteur sachant reprendre à son compte le perfectionnement de la mise en scène de l’Age d’or hollywoodien. Avec Le Mans 66, le cinéaste s’offre un biopic sur l’ingénieur automobile Carroll Shelby (Matt Damon) et le pilote de course Ken Miles (Christian Bale). Ensemble, pour le compte de l’écurie Ford, les deux hommes défient l’ordre établi afin de construire une voiture capable de battre celle de Ferrari lors des 24 heures du Mans de 1966.

La mise en scène stylisée vue dans la bande-annonce nous promet un véritable western moderne, ce qui n’étonne guère quand on sait à quel point Mangold aime s’interroger sur la thématique de la transcendance (qu’il s’agisse de la Conquête de l’Ouest ou ici de la vitesse) inhérente à l’idéologie américaine.

Just Mercy, de Destin Daniel Cretton

Avant de se retrouver aux commandes d’un prochain Marvel (eh oui, lui aussi), le réalisateur Destin Daniel Cretton, à qui l’on doit le sublime States of Grace – l’un des films qui a révélé Brie Larson – sera de retour avec l’adaptation d’une histoire vraie, celle du jeune avocat Afro-américain Bryan Stevenson. Dans les années 80, ce prodige tout droit sorti d’Harvard lance sa carrière en Alabama, notamment pour rendre justice à ceux qui ont été accusés à tort.

Michael B. Jordan incarnera cette figure dénonciatrice d’un racisme ambiant, épaulé par Brie Larson et Jamie Foxx. Si le cinéaste y retrouve la finesse de son petit chef-d’œuvre, on pourrait tenir là un film brillant sur une injustice institutionnalisée et on ne peut plus actuelle.

Jojo Rabbit, de Taika Waititi

En pleine Seconde Guerre mondiale, un enfant allemand fantasme un ami imaginaire, qui n’est autre qu’Adolf Hitler. De ce concept ô combien surprenant, le trublion Taika Waititi semble tirer une comédie noire grinçante et délirante. Pour un réalisateur qui a toujours su capter avec justesse l’enfance et ses déboires, on attend de voir ce qu’il peut tirer de ce récit « initiatique » pour le moins original.

Guest of Honor, d’Atom Egoyan

Toujours autant fasciné par la justice, Atom Egoyan devrait faire couler pas mal d’encre avec son nouveau projet. Le pitch ? Un père fait face à sa fille, âgée d’une vingtaine d’années et se trouvant en prison pour une agression sexuelle dont elle se sait innocente. Cependant, elle veut rester dans sa cellule. Intrigante, cette proposition devrait avoir un écho particulier en pleine période #MeToo. Reste à savoir comment le cinéaste mettra ses enjeux en scène.

A Beautiful Day in the Neighborhood, de Marielle Heller

Dans ce biopic parfaitement calibré pour les Oscars, Tom Hanks incarne Fred Rogers, un monument de la télévision qui a accompagné de 1968 à 2001 des millions de spectateurs américains avec son programme éducatif Mister Rogers’Neighborhood. Si l’on espère que le long métrage Marielle Heller ne jouera pas trop la carte du tire-larmes, sa mise en scène entièrement pensée à la gloire de son comédien devrait proposer un récit touchant sur l’altruisme et la façon dont un seul homme peut fédérer le monde.

Continue Reading

Grands Titres

«Il existe un tabou sur l’immigration» – Maxime Bernier

Editor

Published

on

By

Chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier a créé des remous en dévoilant ses positions sur l’immigration et le multiculturalisme.

À lire aussi : Présent aux deux débats des chefs ?

S’il est élu le 21 octobre, le PPC ferait passer le seuil d’immigration entre 100 000 et 150 000 personnes par année, au lieu du taux de 350 000 prôné par les libéraux.

«Cela équivaut à ajouter une Nouvelle-Écosse à notre population tous les trois ans, ou un Manitoba tous les quatre ans, et à concentrer la majorité de ces nouveaux arrivants dans quelques villes déjà densément peuplées. L’appui à l’immigration continuera de diminuer et les tensions sociales risquent de s’intensifier, si nous continuons dans cette voie», estime le député de Beauce.

Dans son approche, le PPC doublerait le nombre d’immigrants économiques et diminuerait les quantités de réfugiés et réunifications familiales. Selon Maxime Bernier, une région entrepreneuriale comme la Beauce profiterait grandement de cette nouvelle politique.

«Des entreprises en Beauce font déjà des démarches pour trouver de la main-d’œuvre étrangère. Présentement, le processus est trop lent. Les fonctionnaires du ministère de l’Immigration doivent traiter trop de demandes qui ne représentent pas des travailleurs qualifiés, sans compter celles des immigrants illégaux», dit-il.

Clôtures dissuasives ?

Sur la question des réfugiés clandestins, le PPC souhaite installer des barrières pour dissuader ces derniers de franchir la frontière canadienne à partir des États-Unis.

Questionné à savoir si ces barrières seraient placées à plusieurs endroits au pays, dont près des postes frontaliers en Beauce (Armstrong, Sainte-Aurélie, Saint-Zacharie), Maxime Bernier réplique que l’idée viserait des points spécifiques, comme le secteur québécois de Roxham Road.

«Ce ne sera pas un mur, mais pas un geste symbolique non plus. Si les réfugiés veulent traverser au Canada, ils devront utiliser les entrées officielles», précise-t-il.

Confirmant qu’un gouvernement du PPC abrogerait la loi sur le multiculturalisme, Maxime Bernier ajoute que tous les immigrants passeraient une entrevue en personne afin de vérifier leurs attachements aux valeurs et normes canadiennes.

«Nous augmenterons les ressources du SCRS, de la GRC et d’Immigration et Citoyenneté Canada afin de mener ces entrevues et vérifier rigoureusement les antécédents de toutes les catégories d’immigrants. Avec moins d’immigrants à traiter, il y aura plus de ressources disponibles pour y parvenir», affirme le député beauceron.

D’autres éléments de la plate-forme du PPC existent déjà en ligne ou seront publiés prochainement.

Continue Reading

Grands Titres

Les limites du charme

Editor

Published

on

By

La filiale canadienne du géant chinois des télécommunications Huawei est sur les dents. La crise diplomatique entre la Chine et le Canada, provoquée par l’arrestation de la directrice financière Meng Wanzhou à la suite d’une demande d’extradition américaine, mine la position commerciale de l’entreprise et son image dans l’opinion publique. En plus, Ottawa tarde à se prononcer sur la participation de Huawei au développement du réseau sans fil de cinquième génération (5G) canadien.

Pour tenter de renverser la vapeur, Huawei Canada a lancé une opération charme, avec publicité, lobbying et, surtout, l’annonce lundi dernier de son soutien au déploiement, d’ici 2025, de services haute vitesse sans fil dans au moins 70 communautés nordiques, dont 50 dans le Nord-du-Québec.

Pour ces collectivités, c’est évidemment une bonne nouvelle. Dans son rapport de l’automne dernier sur la connectivité des régions rurales et éloignées, le vérificateur général soulignait qu’en 2016, seulement 39 % des Canadiens de ces régions avaient accès à l’Internet haute vitesse, soit 5,4 millions de personnes dépendantes d’un service plus lent. Le Comité permanent de l’industrie, des sciences et de la technologie déplorait aussi ce fossé numérique dans ses rapports du printemps 2018 et de juin dernier.

Depuis des années, le gouvernement fédéral, le CRTC, les provinces et l’entreprise privée promettent d’y voir, mais malgré les demandes répétées de comités consultatif et parlementaire, Ottawa tarde à se doter d’une stratégie digne de ce nom. Il a des programmes, a promis des investissements, dont environ 6 milliards sur 10 ans inscrits dans le dernier budget. Il s’y fixe d’ailleurs pour cible de connecter à des services haute vitesse 95 % des ménages canadiens d’ici 2026 et 100 % d’ici 2030. Mais dans sa réponse au comité parlementaire, il ne fait pas mention d’une stratégie, préférant une approche dite englobante axée sur le marché et reposant sur des investissements privés et publics.

L’annonce de Huawei fait donc son affaire, puisqu’elle contribue à l’atteinte de ses objectifs. Elle est d’autant plus utile que le vérificateur général avait conclu que la politique du ministère de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie était inefficace à la lumière des sommes engagées et en l’absence d’une vraie stratégie assurant une optimisation des dépenses publiques.

Mais quel est l’intérêt véritable de Huawei dans cette affaire ? Est-on face à une entreprise simplement désireuse d’entrer dans les bonnes grâces des Canadiens ou à une compagnie qui exploite une faille canadienne pour faire d’une pierre deux coups, c’est-à-dire charmer d’un côté et, de l’autre, servir les intérêts du gouvernement chinois ?

La question se pose, et Ottawa devrait être aux aguets avant de permettre à l’entreprise chinoise une position quasi monopolistique dans des communautés trop petites pour attirer la concurrence en matière de technologie sans fil. La Chine a des visées sur l’Arctique, comme le décrivait bien un reportage de Radio-Canada au printemps dernier.

Le gouvernement chinois ne s’en cache d’ailleurs pas. En janvier 2018, il a publié un livre blanc décrivant ses ambitions d’édification d’une « route de la soie polaire » qui mise sur l’ouverture des voies maritimes arctiques pour, entre autres, accéder aux ressources. Ses entrepreneurs sont déjà actifs dans l’Arctique canadien et au Groenland. Des communautés inuit ont été approchées avec des propositions d’investissements dans des infrastructures importantes.

Huawei est une entreprise chinoise, soumise à la loi chinoise. La réponse musclée de Pékin à l’arrestation en décembre dernier de Mme Weng démontre l’importance stratégique de ce fleuron industriel pour les autorités chinoises. La détention arbitraire de deux Canadiens accusés faussement d’espionnage et les représailles commerciales contre des produits agricoles d’ici ne visent qu’à forcer le Canada à refuser l’extradition de cette femme qui fait face à des accusations de fraude aux États-Unis.

Le vice-président des affaires commerciales de Huawei Canada, l’ancien conseiller conservateur Alykhan Velshi, a déploré lundi dernier le traitement réservé aux deux Canadiens incarcérés et a insisté sur l’indépendance de son entreprise. Malheureusement pour lui, ce n’est pas au Canada qu’il trouvera solution à ses problèmes ; la source de ses ennuis est à Pékin et pas ailleurs.

Continue Reading

Chat

Trending