Connect with us

Outaouais

Le bureau pour lutter contre la radicalisation à Gatineau accuse du retard

Published

on

Le 1er septembre 2017, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, et le directeur du CPRMV, Herman Deparice-Okomba, avaient annoncé l’ouverture d’un bureau à Gatineau pour 2018. Depuis, la Ville a tenu un premier sommet sur le vivre-ensemble, au printemps 2018, à l’issue duquel plus de 400 policiers ont été formés pour prévenir la radicalisation.

Mais pour l’heure, c’est le statu quo à la Ville de Gatineau dans ce dossier. Aucun financement n’a été attribué pour l’ouverture du bureau et pour son bon fonctionnement. Aucune date de lancement n’a été divulguée.

Ce dossier n’est pas revenu au conseil municipal pour être discuté lors du vote du budget. Il n’y a donc aucune décision de prise quant à l’exploration de ce dossier par la Ville de Gatineau, a indiqué le cabinet du maire dans un courriel adressé à Radio-Canada.

C’est un dossier qui appartient au maire, a précisé, pour sa part, le Service des communications de la Ville.

Maxime Pedneaud-Jobin n’était pas disponible pour une entrevue à Radio-Canada lundi.

Une radicalisation d’extrême droite

La Ville de Gatineau est toutefois toujours en discussion avec le CPRMV dans ce dossier.

On est encore en discussion avec le maire de Gatineau. On travaille de manière complémentaire avec [la Ville], a souligné Benjamin Ducol, responsable de la recherche au CPRMV.

Un homme dans un studio d'enregistrement.Benjamin Ducol, responsable de la recherche au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV). (Archives) Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

Gatineau est classée troisième au niveau provincial en ce qui concerne le volume d’appels reçus au CPRMV à Montréal.

On travaille de manière très récurrente dans la région sur un certain nombre de situations, avec un certain nombre de partenaires, a assuré le responsable.

Créé en mars 2015 et basé à Montréal, le centre opère au niveau du Québec dans son ensemble, mais selon M. Ducol, la radicalisation et l’extrémisme violent possèdent des spécificités locales dont il faut tenir compte.

Depuis 2017, on est en contact avec la mairie de Gatineau pour éventuellement développer une approche beaucoup plus locale, parce que la radicalisation et l’extrémisme violent possèdent à la fois une dimension globale – on a des traits communs -, mais ont aussi des fondements et des articulations extrêmement locales. , a-t-il conseillé.

Ce qui se passe à Québec n’est pas la même chose que ce qui se passe à Montréal ou à Gatineau. Et donc il faut tenir compte de cette spécificité locale pour être en mesure de bien dresser le problème.

Benjamin Ducol, responsable de la recherche au CPRMV

Depuis 2015, le contexte a évolué, passant de la radicalisation d’un certain nombre de jeunes du Québec vers des groupes djihadistes à une radicalisation d’extrême droite. Le centre reçoit annuellement de 200 à 300 appels pour des signalements en lien avec des phénomènes de radicalisation dans la province.

Sensibilisation et prévention

M. Ducol croit que beaucoup de prévention et de sensibilisation restent à faire pour lutter contre la radicalisation, en particulier contre les crimes haineux, et ce, d’autant plus que ce ne sont pas toutes les victimes d’actes haineux qui les signalent aux autorités policières.

Le terrorisme, c’est seulement la pointe de l’iceberg. Heureusement, on n’a pas des risques d’attentat ou des risques d’actes terroristes chaque semaine, a affirmé Benjamin Ducol. La plupart des conséquences ou des manifestations de la radicalisation des extrémismes, c’est plutôt des actes haineux du quotidien : des insultes à caractère raciste et des comportements xénophobes ou haineux […] Et là-dessus, on a énormément de sensibilisation et de prévention à faire parce qu’il y a tout un tas de mécanismes qui ne sont pas en place.

Pour sa part, la communauté musulmane de Gatineau se dit toujours favorable à l’ouverture de ce bureau.

Un imam.Ahmed Limame, imam au Centre islamique de l’Outaouais. (Archives) Photo : Radio-Canada

Nous, en tant que communauté musulmane et en tant que composante de la société gatinoise, nous avons accueilli favorablement l’idée et nous la supportons encore, a réitéré Ahmed Limame, imam au Centre islamique de l’Outaouais.

J’espère qu’il verra le jour, a-t-il ajouté.

Commémorations

Le Centre Islamique de l’Outaouais commémore mardi l’attentat de la grande mosquée à Québec. Tous les citoyens sont conviés à une cérémonie qui aura lieu à 18 h 30 au 4, rue Lois, à Gatineau. Deux invités d’honneur seront présents : Aymen Darbali, victime de l’attentat, et l’imam Hassan Guillet.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Source link

قالب وردپرس

Outaouais

Un modèle d’ombudsman unique recommandé pour la Ville de Gatineau

Published

on

By

Dans le cadre de nos réflexions […] il nous est apparu important de professionnaliser le rôle, a expliqué la conseillère du district de Limbour et membre du comité de travail, Renée Amiot, lors d’une rencontre du comité plénier.

Ma vision de l’ombudsman, c’est d’améliorer le système, d’où mon ralliement à l’idée de professionnalisation, a souligné le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Le comité de travail avait été mis en place dans la foulée de la controverse entourant le dépôt du rapport de la vérificatrice générale, en avril dernier. Cette dernière avait décrié un manque de « disponibilité », « d’objectivité » et « crédibilité » dans le travail du Bureau de l’ombudsman.

Les conseillers membres du comité de travail ont indiqué que le futur ombudsman devrait répondre à cinq exigences, soit l’indépendance, l’impartialité, l’accessibilité, l’efficacité et crédibilité. Ils envisagent aussi que l’ombudsman puisse recourir aux services d’experts, lorsqu’il le juge nécessaire.

Clarifier le rôle de l’ombudsman

Ces recommandations reposent notamment sur le rapport de Daniel Caron, professeur à l’École nationale d’administration publique. Ce dernier a insisté sur la différence entre le rôle de l’ombudsman et celui de protecteur du citoyen.

L’ombudsman doit travailler de façon impartiale. Il n’est pas là pour défendre la Ville ou pour défendre le citoyen, a-t-il fait valoir aux élus municipaux, en rappelant que les deux rôles ont souvent été confondus par des citoyens lors des audiences publiques sur le modèle de l’ombudsman.

La question de la rémunération de l’ombudsman a alimenté le débat en comité plénier. Certains élus souhaitent un salaire qui attire des professionnels d’expérience, tandis que d’autres veulent au contraire attirer des candidats sensibles à la cause.

L’adoption du nouveau modèle d’ombudsman aura lieu lors de la rencontre du conseil municipal du 19 février. Le processus de recrutement du prochain ombudsman devrait débuter fin février et se terminer en avril.

Qu’est-ce qu’un ombudsman?

D’origine suédoise, le nom ombudsman signifie « porte-parole des griefs ». C’est à l’Université Simon Fraser de Vancouver que le premier bureau d’ombudsman a vu le jour en 1965. Son rôle est d’aider à résoudre les plaintes le plus efficacement possible en poursuivant ce qui est juste; il respecte la confidentialité de toutes les personnes qui le consultent, et il agit de manière impartiale et indépendante. Ses services sont offerts gratuitement.

Source : Forum canadien des ombudsmans

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Outaouais

Des citoyens de Gatineau et d’Ottawa se recueillent, 2 ans après l’attentat de Québec

Published

on

By

On vit l’un à côté de l’autre, mais on ne se connaît pas, a lancé l’imam Hassan Guillet, un des invités d’honneur de la soirée organisée par le Centre islamique de l’Outaouais (CIO) en mémoire des victimes de la fusillade.

Les gens de toutes confessions étaient invités à se réunir pour rendre hommage à ceux qui sont morts et aux huit personnes qui ont été blessées le 27 janvier 2017.

Un survivant de la tragédie, Aymem Darbali, a fait le chemin vers Gatineau pour participer à la cérémonie organisée par le CIO. Ce dernier est devenu tétraplégique après s’être placé devant les balles pour protéger d’autres individus le soir de l’attaque.

L’événement a réveillé beaucoup de gens, un peu comme l’histoire de #MoiAussi, a expliqué l’imam Guillet, qui croit voir un parallèle entre l’attentat à la grande mosquée et le mouvement contre les inconduites sexuelles.

L’ignorance amène la méfiance, la méfiance à la crainte, la crainte des fois à la haine et des fois, malheureusement, à la violence, comme c’est arrivé à la mosquée.

Hassan Guillet, imam

Malgré les défis, M. Guillet croit que le travail d’ouverture des uns envers les autres est sur la bonne voie.

Une veillée à Ottawa

Des dizaines de personnes s’étaient aussi donné rendez-vous à Ottawa pour une veillée à la chandelle autour de la Flamme du centenaire, sur la colline du Parlement.

L’organisateur du rassemblement, Ryan Slobojan, a été touché par la fusillade de 2017. Quand j’ai vu mes voisins musulmans être attaqués, je savais que je devais agir, parce que les gestes sont plus importants que les mots, a expliqué l’Ottavien.

Ce dernier s’est rendu avec sa fille à la mosquée de Québec, la semaine dernière, pour montrer son appui à ceux qui la fréquentent.

Nous y sommes allés pour donner des câlins gratuits. Ils ont reçu généreusement deux étrangers dans leur mosquée, deux ans après qu’un étranger y soit entré pour perpétrer cette horrible attaque, a raconté M. Slobojan avec émotions.

Des dizaines de personnes rassemblées autour d'une flammeUne veillée à la chandelle a été organisée sur la colline du Parlement à Ottawa Photo : Radio-Canada

Avec les informations de Laurie Trudel

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Outaouais

Mike Duggan veut se présenter pour les conservateurs au fédéral

Published

on

By

Ce qui est important, c’est de passer un message, que les électeurs voient qu’ils ont un choix. Aux dernières élections, il y avait un candidat qui a reçu au-delà de 50 % des votes, a lancé le principal intéressé. Je pense que les citoyens pensaient qu’il n’y avait pas d’option.

En 2015, l’actuel député libéral Greg Fergus avait été élu avec 51,4 % des voix, devant la députée néo-démocrate sortante, Nycole Turmel, qui avait récolté 31,5 % des suffrages. Les candidats conservateur, Étienne Boulrice, et bloquiste, Maude Chouinard-Boucher, étaient loin derrière, avec respectivement 7,7 % et 6,5 % des votes.

On va l’offrir aux citoyens. On va communiquer le message. Et c’est à eux de décider le 21 octobre.

Mike Duggan, conseiller du district de Deschênes

M. Duggan a dit que les défis en matière de transport sont l’une de ses priorités. Il a ramené à l’avant-plan l’idée d’un nouveau pont dans l’est de la ville.

Le candidat à l’investiture a également affirmé ne pas avoir été consulté quant aux détails du projet de train léger. Il a dit ne pas être convaincu de sa nécessité.

Il faut arrimer le système au complet avec OC Transpo et que leur train vienne chez nous, a-t-il fait valoir en entrevue à Radio-Canada.

L’élu gatinois veut aussi s’affairer à la création d’emplois dans le secteur d’Aylmer. Il a dit vouloir des projets qui touchent également le secteur de Hull.

Selon M. Duggan, l’investiture pourrait avoir lieu le mois prochain. Il a indiqué être le seul candidat en lice pour le moment.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Trending