Connect with us

Arts et Spectacles

Hubert Lenoir finaliste pour trois prix Juno

Editor

Published

on

Un texte de Justine de L’Église

Le premier album de l’excentrique auteur-compositeur-interprète québécois est aussi nommé dans les catégories « Album pop de l’année » et « Album francophone de l’année », dans le cadre du gala qui récompense le meilleur de la musique canadienne.

Ces nominations s’ajoutent à la désormais longue liste de récompenses raflées par le jeune artiste originaire de Québec, qui l’an dernier a remporté le Prix Félix Leclerc de la chanson, le prix Espoir FEQ, en plus de quitter l’ADISQ avec quatre Félix en main, dont celui de la « Révélation de l’année ».

De nombreux québécois à l’honneur

Le duo de québécoises Milk & Bone sont finalistes dans la catégorie « Album électronique de l’année » des prix Juno, pour Deception Bay.

Les deux artistes lors de leur prestation sur le plateau de l'émission Les échangistes. Le duo Milk and Bone en prestation Photo : Radio-Canada / Amélie Grenier

Dans la catégorie « Album francophone de l’année », en plus d’Hubert Lenoir, on retrouve Une année record, de Loud, Le Silence des troupeaux, de Philippe Brach, Désherbage, de Tire le coyote et En cas de tempête, ce jardin sera fermé, de Coeur de Pirate.

Philippe Brach assis en studio et chantant en s'accompagnant à la guitarePhilippe Brach en prestation en direct à Tellement Courteau Photo : Radio-Canada

Le duo électo-funk montréalais Chromeo sont finalistes pour Head Over Heals, dans la catégorie « Album pop de l’année » et « Groupe de l’année ».

Élisapie, originaire de Salluit, au Québec, est quant à elle finaliste dans la catégorie « Album autochtone de l’année », avec The Ballad of the Runaway Girl.

Elisapie en prestation dans les studios de Radio-Canada (2018).Elisapie en prestation dans les studios de Radio-Canada (2018). Photo : Radio-Canada / Mathieu Dumontier

Le choeur de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) est aussi à l’honneur dans la catégorie « Album classique de l’année : chant ou chorale » avec l’album Bernstein : A Quiet Pace, dirigé par Kent Nagano.

Boogát, musicien d’origine paraguayenne et mexicaine, né à Québec, est pour sa part nommé dans la catégorie « Album de l’année, musique du monde ». Il y afftonte le montréalais Wesli, nommé pour Rapadou Kreyol.

Photo : Guillaume Simoneau

Gabrielle Shonk est quant à elle finaliste pour son album éponyme, dans la catégorie « Adulte, album alternatif de l’année », où elle va se mesurer notamment à Queen of the Breakers, du duo montréalais The Barr Brothers.

La remise des prix Juno aura lieu le 17 mars prochain, et sera animée par la chanteuse Sarah McLachlan.

Photo : Courtesy of the artist

Source link

قالب وردپرس

Arts et Spectacles

«A cause des filles..?», cœurs à marée basse

Editor

Published

on

By

Bonheur de retrouver le meilleur Pascal Thomas. On en suivait le talent intermittent depuis sa dernière œuvre majeure, la Dilettante (1999), et la fâcherie fâcheuse avec Jacques Lourcelles, son scénariste attitré (et le critique essentiel que l’on sait). Le revoici, le cinéaste fantasque de la communauté improbable, du phalanstère éphémère, de la réunion étoilée. Réunion de groupe qui fort heureusement n’excédera pas le temps du film, de ses histoires entremêlées, en une dispersion, après la chanson finale, évitant à des figures aimables parce que singulières de se rabougrir en classe moyenne recroquevillée, corps en bloc cocardier, esprit de clocher. Le temps d’un voyage, d’un mariage, d’une saison de jeunesse ou de vacances entre amis, des personnages sont regroupés pour une occasion un peu oiseuse, pour une coexistence vaille que vaille qu’il faut bien égayer, et qui ne trouvent rien à faire d’autre que de raconter des histoires, que de se (la) raconter un peu. Et puis s’en vont.

Ragots. A cause des filles..? reprend la trame d’un précédent film de 1981 de Pascal Thomas, Celles qu’on n’a pas eues, dans lequel un petit groupe improvisé d’hommes (et une femme) coincés dans un compartiment de train, le temps du trajet, se remémoraient leurs meilleurs échecs amoureux à tour de rôle. Le principe est ici identique : à tire-d’aile et à tour de rôle – sur fond étale du bassin d’Arcachon, ses cieux changeants et ses puissantes nuances de gris, tout au long d’un festin gêné et arrosé – se déploie le récit à tiroirs de déconvenues amoureuses, un film à sketchs si l’on veut, comme certaines comédies italiennes ou les Buñuel tardifs (type le Fantôme de la liberté ou le Charme discret de la bourgeoisie), à cause de cette construction en historiettes et saynètes s’enfonçant toujours plus loin dans le fantastique. Et la satire bourgeoise.

L’occasion oiseuse ici : un mariage est célébré qui tourne au fiasco. Le marié s’enfuit avec une femme mystérieuse en décapotable et foulard de soie venue le cueillir à la sortie de l’église. La mariée et tous les convives se retrouvent attablés en bord de mer dans une ambiance à marée basse, au pied d’un phare, à gober des huîtres et à boire du blanc en patientant pour un improbable retour du «noceur» échappé. Autour des tables et des goélands, dans le faux embarras général et les ragots divertis, chacun y va de sa petite histoire indirecte, sa confession quant aux surprises de l’amour. Bonnes, mauvaises, les loupés du cœur, toujours. Les dupés de l’aventure rocambolesque se suivent sans se ressembler, entre pure farce (l’épisode hilarant du faux peintre et de la vraie muse, du Tartuffe dans une leçon de littérature leste, du cambriolage par des Musidora encagoulées en cours d’adultère ficelé) et poésie décalée «éromystique» – bel épisode de la maîtresse du veuf pervers, ou du vieil homme et la mort. Parfois, on se croirait chez Mocky, ou chez Brisseau.

Punition. On est bien chez Pascal Thomas. La libre gratuité de ce cinéma en fait le charme insigne, tant c’est devenu saugrenu. Comme il y a encore Mocky et Brisseau, donc, comme il y avait Jacques Rozier, perdu de vue depuis Fifi Martingale (2001), comme il y a Joseph Morder et comme il y a Pierre Léon, subsiste ce cinéma des «quatre coins» (comme le jeu). Chacun dans son coin, tous échangent et échappent à leur poste, se relaient au centre, la solitude en punition. Ce mercredi, c’est Pascal Thomas qui s’y colle, remontant sur les planches de son théâtre français, avec ses acteurs fendards, cinéma de la classe moyenne et des ridicules des hommes aspirant à une communauté inavouable, de filles et de garçons, telle une troupe qu’on emmènerait partout avec soi. Pour montrer quoi ? Par exemple : le geste insolite et drôle, et beau, d’attraper une mouche dans la chambre d’une morte.


Camille Nevers

A cause des filles..? de Pascal Thomas avec François Morel, José Garcia, Rossy de Palma, Audrey Fleurot, Pierre Richard… 1 h 40.

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts et Spectacles

Norah Jones s’invite au 40 e Festival international de jazz de Montréal

Editor

Published

on

By

La célèbre auteure-compositrice-interprète américaine Norah Jones présentera un spectacle le 27 juin prochain dans la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, dans le cadre du 40e Festival international de jazz de Montréal (FIJM).

L’artiste a annoncé lundi une nouvelle série de concerts en tournée nord-américaine, qui débute le 18 juin à Pittsburgh, au Massachusetts, et qui inclut un arrêt au FIJM. Les billets seront en vente le 1er février à 10 h.

Norah Jones a vendu plus de 50 millions d’albums en carrière, et remporté neuf prix Grammy, dont le prix du « meilleur nouvel artiste », en plus d’avoir été récipiendaire de deux prix « enregistrement de l’année » et deux fois « album de l’année ».

En novembre dernier, le festival avait dévoilé une bonne partie des artistes invités à jouer dans la métropole cet été, qui inclut la chanteuse et musicienne Melody Gardot, la légende de la guitare jazz George Benson, l’ensemble de musiciens Pink Martini, la pianiste et compositrice montréalaise Alexandra Stréliski et la diva jazz Dianne Reeves.

Le Festival international de jazz de Montréal se déroulera du 27 juin au 6 juillet 2019.

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts et Spectacles

Lac-Mégantic et Netflix : Ottawa demande le retrait des images et une compensation

Editor

Published

on

By

Les députés ont approuvé la motion présentée par le néo-démocrate Pierre Nantel concernant ces séquences vidéo que l’on voit notamment dans le très populaire film Bird Box.

La Chambre demande que Netflix « retire de son catalogue de fiction toute image de la tragédie de Lac-Mégantic » et « compense financièrement la communauté de Lac-Mégantic pour avoir utilisé ces images à des fins de divertissement ».

Au bureau du ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, on a affirmé mardi soir que l’on comprenait « parfaitement la consternation des Méganticois face à l’utilisation des images de la tragédie ».

Il est « désolant de voir Netflix utiliser ces images » et « l’entreprise devrait [les] retirer », a-t-on ajouté.

Des excuses de Netflix

L’utilisation des images de la catastrophe ferroviaire survenue en juillet 2013 a suscité l’indignation, notamment celle de la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy. Elle avait ainsi écrit à l’entreprise pour lui demander de procéder à leur retrait.

La société n’a pas accédé à cette demande, mais dans une lettre envoyée la semaine dernière à la ministre, Netflix a présenté ses excuses et promis de faire mieux à l’avenir.

Dans cette missive, la directrice des politiques publiques chez Netflix, Corie Wright, a assuré avoir présenté ses excuses directement à la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin.

L’entreprise de diffusion de contenu en ligne a argué que l’utilisation d’images d’archives constituait une pratique courante et répandue dans l’industrie du cinéma et de la télévision.

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Trending