Connect with us

Outaouais

Marilissa Gosselin, conseillère de Doug Ford : « Je parle et le français, et le politique » | L’Ontario et les services en français

Published

on

Mon rôle est d’appuyer le premier ministre, la ministre [des Affaires francophones] Mulroney puis tous les autres ministres lorsqu’on élabore des politiques qui touchent les francophones, a déclaré Mme Gosselin vendredi matin dans sa première entrevue dans les médias à l’émission Le matin du Nord.

Originaire de Hearst, et résidant dans l’Est ontarien, Mme Gosselin définit son rôle comme l’apport d’une « lentille francophone » aux politiques provinciales, plus que comme celui d’une représentation des Franco-Ontariens.

Je ne suis pas une élue.

Marilissa Gosselin

Après plus d’une décennie d’implication en politique, Mme Gosselin pense avoir les outils pour faire le lien, peut-être manquant, entre les Franco-Ontariens et le gouvernement progressiste-conservateur.

Je parle et le français, et le politique. Ça me donne la possibilité d’avoir l’écoute avec ce qui se passe dans la communauté francophone et d’apporter ces inquiétudes-là au bureau du premier ministre et aux autres bureaux pour voir ce qu’on peut faire pour améliorer la vie de tous les jours des francophones, a-t-elle avancé.

Après les propos de Denise Bombardier en octobre sur les francophones hors Québec et les coupes du gouvernement ontarien en francophonie, Mme Gosselin est consciente qu’elle arrive dans un climat particulier.

Il y a eu une étincelle, un réveil, et ce réveil, ce n’est pas juste en Ontario, c’était partout au Canada, dit-elle. Moi j’ai l’intention de saisir ce moment-là pour créer des rapprochements entre les communautés ici en Ontario et ailleurs.

Université et commissariat : C’est difficile de prendre des décisions difficiles

Pour elle, Doug Ford est « définitivement » intéressé par les Franco-Ontariens, mais « la situation financière de notre province est alarmante », explique la comptable de formation.

Interrogée sur les décisions du gouvernement Ford avant son arrivée, Mme Gosselin défend les choix qui ont été faits, rappelant l’argument financier. « La réalité financière c’est la seule explication ».

Ce n’est pas juste que les coffres sont vides, il n’y a même plus de coffres !

Marilissa Gosselin

À la question à savoir si elle est d’accord avec les décisions prises, Mme Gosselin répond : Je les comprends. Elle minimise toutefois les changements dans le rôle du Commissariat aux services en français (CSF). Selon elle, il conservera son indépendance même en étant sous l’autorité de l’ombudsman, et ses rôles d’enquête, de recommandation et de promotion du français et de la Loi sur les services en français resteront inchangés.

Quant à la question de l’Université de l’Ontario français (UOF), la pause est justifiée, selon elle. C’est plein de petites décisions difficiles comme ça qui vont faire en sorte que la province va être remise sur la bonne piste, mentionne Mme Gosselin. Elle reconnaît toutefois que le gouvernement a peut-être été maladroit sur la question du CSF.

L’ex-candidate du Parti progressiste-conservateur dans Glengarry-Prescott-Russell lors des élections de 2011, circonscription aujourd’hui détenue par Amanda Simard, a également partagé son avis sur le départ de cette dernière du caucus conservateur : Il était préférable de travailler avec le gouvernement pour trouver des solutions. Je pense qu’elle aurait pu jouer un rôle très actif pour trouver le “qu’est-ce qui s’en vient”.

La suite

Les dossiers qui me touchent spécifiquement : l’accès à la justice en français, le développement économique, a expliqué Mme Gosselin. Selon elle, les relations commerciales avec la Francophonie à travers le monde doivent être renforcées.

L’Ontario a un petit peu manqué le bateau, dit-elle, avant d’ajouter que les chiffres ne sont pas aussi haut qu’ils pourraient l’être.

Source link

قالب وردپرس

Outaouais

Un modèle d’ombudsman unique recommandé pour la Ville de Gatineau

Published

on

By

Dans le cadre de nos réflexions […] il nous est apparu important de professionnaliser le rôle, a expliqué la conseillère du district de Limbour et membre du comité de travail, Renée Amiot, lors d’une rencontre du comité plénier.

Ma vision de l’ombudsman, c’est d’améliorer le système, d’où mon ralliement à l’idée de professionnalisation, a souligné le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Le comité de travail avait été mis en place dans la foulée de la controverse entourant le dépôt du rapport de la vérificatrice générale, en avril dernier. Cette dernière avait décrié un manque de « disponibilité », « d’objectivité » et « crédibilité » dans le travail du Bureau de l’ombudsman.

Les conseillers membres du comité de travail ont indiqué que le futur ombudsman devrait répondre à cinq exigences, soit l’indépendance, l’impartialité, l’accessibilité, l’efficacité et crédibilité. Ils envisagent aussi que l’ombudsman puisse recourir aux services d’experts, lorsqu’il le juge nécessaire.

Clarifier le rôle de l’ombudsman

Ces recommandations reposent notamment sur le rapport de Daniel Caron, professeur à l’École nationale d’administration publique. Ce dernier a insisté sur la différence entre le rôle de l’ombudsman et celui de protecteur du citoyen.

L’ombudsman doit travailler de façon impartiale. Il n’est pas là pour défendre la Ville ou pour défendre le citoyen, a-t-il fait valoir aux élus municipaux, en rappelant que les deux rôles ont souvent été confondus par des citoyens lors des audiences publiques sur le modèle de l’ombudsman.

La question de la rémunération de l’ombudsman a alimenté le débat en comité plénier. Certains élus souhaitent un salaire qui attire des professionnels d’expérience, tandis que d’autres veulent au contraire attirer des candidats sensibles à la cause.

L’adoption du nouveau modèle d’ombudsman aura lieu lors de la rencontre du conseil municipal du 19 février. Le processus de recrutement du prochain ombudsman devrait débuter fin février et se terminer en avril.

Qu’est-ce qu’un ombudsman?

D’origine suédoise, le nom ombudsman signifie « porte-parole des griefs ». C’est à l’Université Simon Fraser de Vancouver que le premier bureau d’ombudsman a vu le jour en 1965. Son rôle est d’aider à résoudre les plaintes le plus efficacement possible en poursuivant ce qui est juste; il respecte la confidentialité de toutes les personnes qui le consultent, et il agit de manière impartiale et indépendante. Ses services sont offerts gratuitement.

Source : Forum canadien des ombudsmans

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Outaouais

Des citoyens de Gatineau et d’Ottawa se recueillent, 2 ans après l’attentat de Québec

Published

on

By

On vit l’un à côté de l’autre, mais on ne se connaît pas, a lancé l’imam Hassan Guillet, un des invités d’honneur de la soirée organisée par le Centre islamique de l’Outaouais (CIO) en mémoire des victimes de la fusillade.

Les gens de toutes confessions étaient invités à se réunir pour rendre hommage à ceux qui sont morts et aux huit personnes qui ont été blessées le 27 janvier 2017.

Un survivant de la tragédie, Aymem Darbali, a fait le chemin vers Gatineau pour participer à la cérémonie organisée par le CIO. Ce dernier est devenu tétraplégique après s’être placé devant les balles pour protéger d’autres individus le soir de l’attaque.

L’événement a réveillé beaucoup de gens, un peu comme l’histoire de #MoiAussi, a expliqué l’imam Guillet, qui croit voir un parallèle entre l’attentat à la grande mosquée et le mouvement contre les inconduites sexuelles.

L’ignorance amène la méfiance, la méfiance à la crainte, la crainte des fois à la haine et des fois, malheureusement, à la violence, comme c’est arrivé à la mosquée.

Hassan Guillet, imam

Malgré les défis, M. Guillet croit que le travail d’ouverture des uns envers les autres est sur la bonne voie.

Une veillée à Ottawa

Des dizaines de personnes s’étaient aussi donné rendez-vous à Ottawa pour une veillée à la chandelle autour de la Flamme du centenaire, sur la colline du Parlement.

L’organisateur du rassemblement, Ryan Slobojan, a été touché par la fusillade de 2017. Quand j’ai vu mes voisins musulmans être attaqués, je savais que je devais agir, parce que les gestes sont plus importants que les mots, a expliqué l’Ottavien.

Ce dernier s’est rendu avec sa fille à la mosquée de Québec, la semaine dernière, pour montrer son appui à ceux qui la fréquentent.

Nous y sommes allés pour donner des câlins gratuits. Ils ont reçu généreusement deux étrangers dans leur mosquée, deux ans après qu’un étranger y soit entré pour perpétrer cette horrible attaque, a raconté M. Slobojan avec émotions.

Des dizaines de personnes rassemblées autour d'une flammeUne veillée à la chandelle a été organisée sur la colline du Parlement à Ottawa Photo : Radio-Canada

Avec les informations de Laurie Trudel

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Outaouais

Mike Duggan veut se présenter pour les conservateurs au fédéral

Published

on

By

Ce qui est important, c’est de passer un message, que les électeurs voient qu’ils ont un choix. Aux dernières élections, il y avait un candidat qui a reçu au-delà de 50 % des votes, a lancé le principal intéressé. Je pense que les citoyens pensaient qu’il n’y avait pas d’option.

En 2015, l’actuel député libéral Greg Fergus avait été élu avec 51,4 % des voix, devant la députée néo-démocrate sortante, Nycole Turmel, qui avait récolté 31,5 % des suffrages. Les candidats conservateur, Étienne Boulrice, et bloquiste, Maude Chouinard-Boucher, étaient loin derrière, avec respectivement 7,7 % et 6,5 % des votes.

On va l’offrir aux citoyens. On va communiquer le message. Et c’est à eux de décider le 21 octobre.

Mike Duggan, conseiller du district de Deschênes

M. Duggan a dit que les défis en matière de transport sont l’une de ses priorités. Il a ramené à l’avant-plan l’idée d’un nouveau pont dans l’est de la ville.

Le candidat à l’investiture a également affirmé ne pas avoir été consulté quant aux détails du projet de train léger. Il a dit ne pas être convaincu de sa nécessité.

Il faut arrimer le système au complet avec OC Transpo et que leur train vienne chez nous, a-t-il fait valoir en entrevue à Radio-Canada.

L’élu gatinois veut aussi s’affairer à la création d’emplois dans le secteur d’Aylmer. Il a dit vouloir des projets qui touchent également le secteur de Hull.

Selon M. Duggan, l’investiture pourrait avoir lieu le mois prochain. Il a indiqué être le seul candidat en lice pour le moment.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Trending