Connect with us

Outaouais

Les organismes de bienfaisance d’Ottawa s’empressent de réparer les boîtes de dons après des accidents mortels

Published

on

Nous travaillons en collaboration avec le fabricant pour améliorer ou modifier chaque boîte à travers le Canada afin d’éviter que cela ne se reproduise, a déclaré Kathleen Powderley, une porte-parole de Diabète Canada.

Le problème, c’est une trappe conçue pour prévenir le vol, mais qui peut aussi piéger les personnes qui se penchent loin dans les boîtes. Plus tôt cette semaine, une femme de Toronto est morte dans une boîte de dons, et la Presse canadienne a rapporté la semaine dernière que sept autres personnes au Canada, surtout en Colombie-Britannique, ont péri de la même façon depuis 2015.

Le fabricant des boîtes impliqué dans la tragédie de Toronto, Rangeview Fabricating, a arrêté la production et exhorte les organismes de bienfaisance à retirer les barres antivol et à ajouter des avertissements.

Rangeview fournit également des bacs à l’organisme Diabète Canada. Dans une déclaration écrite sur son site Web, l’organisme de bienfaisance a affirmé qu’il avait déjà terminé 240 changements sur ses boîtes en Ontario et qu’il prévoyait réparer un total de 4000 boîtes partout au pays d’ici le 18 janvier.

Selon l’organisme, les dons de vêtements et de petits articles ménagers constituent une source importante de revenus, soit le quart de ses revenus totaux en 2017. Maintenant, l’organisme de bienfaisance devra assumer le coût de la main-d’œuvre et de certaines pièces nécessaires pour effectuer les travaux, a expliqué Mme Powderley.

D’autres organismes de bienfaisance ayant des bacs à Ottawa ont indiqué qu’ils travaillent également avec leurs fournisseurs pour effectuer des améliorations, notamment la Fédération ontarienne de la paralysie cérébrale, qui exploite 60 boîtes dans la Ville, ainsi que la Fondation Rêves d’enfants du Canada, qui en compte 41.

Toutes les boîtes ne sont pas dangereuses

D’autres exploitants d’organismes de bienfaisance disent que leurs modèles de boîtes sont sécuritaires.

L’organisme Ottawa Neighbourhood Services exploite environ 25 boîtes à travers la ville, mais ils sont faits de bois avec un simple rabat sur l’ouverture, a déclaré Patricia Lemieux, présidente du conseil d’administration de l’organisme.

Il n’y a rien qui se referme ou se referme sur vous, a soutenu Mme Lemieux.

Une femme devant une boîte de dons.Patricia Lemieux, présidente du conseil d’administration de l’organisme Ottawa Neighbourhood Services, a déclaré que les gens ne risquent pas de se retrouver coincés dans les vieux bacs en bois utilisés par son organisme. Photo : Radio-Canada / Susan Burgess

Selon un communiqué publié jeudi par les Grands Frères Grandes Sœurs d’Ottawa, les 19 bacs de l’organisation sont « placés stratégiquement dans des endroits bien éclairés et très fréquentés près des caméras, ce qui aide à atténuer les risques ». L’organisme de bienfaisance a néanmoins déclaré qu’il apposerait immédiatement des affiches d’avertissement sur les boîtes.

Aucune mesure spéciale n’est prévue à Ottawa

Après le décès de cette semaine, le maire de Toronto, John Tory, a annoncé qu’il demanderait une révision du système de collecte des dons à Toronto, y compris l’emplacement des boîtes, leur conception et s’il s’agit de la meilleure façon de recueillir les vêtements.

À Ottawa, les organismes de bienfaisance peuvent demander à la Ville la permission de placer des bacs sur les propriétés de la Ville, tandis qu’un règlement municipal de 2013 énonce les règles relatives aux boîtes sur les propriétés privées. Le règlement exige que les exploitants de bacs respectent les règles de la Ville en matière de normes et d’entretien, mais il ne traite pas spécifiquement de la sécurité des boîtes de dons. Pour le moment, aucune révision des règlements n’est prévue, a déclaré Livia Belcea, porte-parole du maire d’Ottawa, Jim Watson. Notre bureau continuera de surveiller les développements et les éventuels nouveaux règlements sur les boîtes de dons de vêtements dans d’autres municipalités.

Source link

قالب وردپرس

Outaouais

Une fillette de 3 ans emportée par l’influenza

Published

on

By

Tout a commencé avec une petite poussée de fièvre le 14 janvier dernier.

La fillette était toujours fiévreuse le lendemain soir, malgré les traitements administrés par les parents. Charlotte avait alors une fièvre frôlant les 42 degrés. J’ai commencé à paniquer, se souvient Nancy Bouchard, la mère de Charlotte.

À ce moment, selon elle, Charlotte était dans un état léthargique, et ne répondait plus lorsqu’on tentait de l’interpeller. L’enfant a été emmenée à l’hôpital de Buckingham où elle a été vue immédiatement par le personnel soignant qui lui a diagnostiqué l’influenza.

L’état de santé de Charlotte était toutefois trop précaire. Elle a été transférée à l’Hôpital de Montréal pour enfants. Les pédiatres ont découvert sur place que l’infection avait atteint le foie et le cerveau de la fillette.

Je n’aurais jamais pensé que ça aurait fini comme ça. Si quelqu’un me l’avait dit la semaine passée, je ne l’aurais probablement pas cru.

Nancy Bouchard, mère de Charlotte

Charlotte a donc été transférée de nouveau vers un centre spécialisé cette fois, à Sainte-Justine. Les médecins ont alors informé Mme Bouchard que les chances de survie de Charlotte étaient extrêmement minces.

Si elle survivait, c’est sûr à 100 % qu’elle ne marcherait plus jamais, explique-t-elle. Les médecins ont prononcé la mort cérébrale de Charlotte le jeudi en après-midi.

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Outaouais

Un incendie entraîne la fermeture d’un point de service de la STO à Gatineau

Published

on

By

Un incendie s’est déclaré lundi soir à la station de la Cité du Rapibus, dans le secteur de Gatineau, entraînant des dommages mineurs et forçant la fermeture temporaire d’un point de service de la STO pour nettoyer les dégâts.

Un appel a été reçu lundi à 23 h 07 pour un incendie qui a débuté dans les poubelles de la salle de toilettes des hommes.

Des autobus ont été appelés pour permettre aux usagers de se réchauffer. La station de la Cité a été rouverte mardi matin.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de l’incendie.

Plus de détails à venir

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Outaouais

Maxime Pedneaud-Jobin, en lice pour le prix Coupe paperasse d’or

Published

on

By

À l’inverse, le prix Coupe paperasse d’or, dont les gagnants seront annoncés le 24 janvier, reconnaît les gouvernements et les fonctionnaires qui ont pris des mesures concrètes pour réduire de façon significative les formalités administratives imposées aux PME.

Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin fait partie des nommés dans cette catégorie. La Ville de Gatineau est considérée comme une championne de l’allègement réglementaire.

La Ville de Gatineau a adopté depuis les trois dernières années, quatre résolutions omnibus pour enlever plusieurs irritants aux PME dans leur processus avec le département d’urbanisme de la Ville.

Nous avons allégé la réglementation sur l’affichage et sur les panneaux solaires. Même sur le code de construction du Québec, où il y avait parfois des différences avec notre réglementation, nous avons tout harmonisé. Chaque cas à l’air pas tellement important, mais chaque cas demandait des dérogations mineures à la personne qui le faisait, c’est en centaine le nombre de règlements que nous avons allégé, a-t-il précisé.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, qui, par le projet de loi 47, a permis une révision majeure des changements coûteux pour les entreprises qui avaient été apportés aux lois du travail, en plus de faire preuve de leadership pour la réduction du fardeau administratif des PME à l’échelle du gouvernement est en compétition avec le maire de Gatineau.

Scott Brison, ancien président du Conseil du trésor, est aussi finaliste dans cette catégorie pour sa détermination à faire de la réduction de la paperasserie fédérale un objectif annuel.

Les cancres

La Ville de Montréal, Statistique Canada et le ministre fédéral des Finances Bill Morneau figurent parmi les finalistes du prix « Poids lourd de la paperasserie ».

Les finalistes imposent aux propriétaires de PME des règlements jugés parmi les plus absurdes, exagérés ou injustement coûteux pour les entreprises, a précisé la FCEI par communiqué.

L’objectif est d’envoyer un message clair aux gouvernements et aux fonctionnaires qui alourdissent le processus réglementaire qui fait perdre beaucoup de temps aux chefs d’entreprises, selon le directeur des affaires provinciales de la FCEI, section Québec, Bruno Leblanc.

En 2 ans, ça représente environ 37 milliards de dollars, selon les estimations de la FCEI, pour le temps qui est passé par un chef d’entreprise à se conformer aux règlements, à remplir des formulaires des différents gouvernements.

Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Trending